Présentation

La voix de l’émotion

Ensemble d’amateurs relevant des défis professionnels, La Badinerie a toujours privilégié l’émotion que transmet le chant pratiqué à un haut niveau d’exigence. Aujourd’hui composée de plus de 100 choristes hommes et femmes, La Badinerie est organisée en 4 pupitres et dirigée par Daniel LIPNIK depuis sa création en 1980.

Son objectif est de créer des synergies avec des associations culturelles et humanitaires locales, d’étonner le public et de susciter l’enthousiasme pour la pratique du chant polyphonique, à l’occasion de concerts ou de son stage de chant.

Le choeur, un groupe humain 

Le chœur crée un niveau de synergie que peu de rassemblements humains atteignent.  À la Badinerie, peu de choristes ont une « grande voix » de soliste. Ensemble, le chœur tient pourtant sa place dans des contextes très « pro ».

Il y a cet enthousiasme et ce dynamisme, alliés à la volonté – individuelle et collective – d’avancer.  Les qualités de cœur des choristes transparaissent dans l’interprétation musicale.

Une perspective humanitaire

La Badinerie s’engage dans des événements humanitaires et associe à ses manifestations de nombreux groupes d’aide aux plus démunis, auxquels elle apporte une contribution, notamment financière :
Handicap International, Enfants de Calcutta, Humanitas Otelu Rosu, Soins palliatifs Hôpital St-Jean, Le Toucan, Solidarité Sida, Amnesty International, Citadelle, Service des Enfants Gravement Malades, Cap48, Mekong Plus…

Des spectacles de premier plan

Canto General de Mikis Theodorakis et Pablo Neruda, Stabat Mater, Antonin Dvoràk, Itinérance, six siècles de musique, PolyFonia pour l’inauguration festive de l’Aula Magna de Louvain-la-Neuve, création de Smiles on the Night par Victor Kissine pour La Badinerie, Dido and Aenea de Purcell à l’Aula Magna, Choral Fantasie de Beethoven, Messe en Ut mineur de Mozart et Danses Polovtsienne de Borodine  aux Palais des Beaux-Arts…

La Badinerie a également chanté le Requiem de Mozart, le Magnificat de Bach, a contribué, sur une partition de Frédéric Devreese, à la musique du film Meine Name ist Bach , Prix du Cinéma Suisse 2004 et participé au Festival international d’Habaneras de Torrevieja (Andalousie)… sans parler de Solstice qui a par trois fois fêté la musique et la nature… au lever du jour.