Mysterium – Décembre 2012

2012_Mysterium

Les 18 et 21 décembre 2012, nous avons chanté sur la scène des Beaux-Arts à Bruxelles ainsi que dans la Collégiale de Nivelles qui débordait de public.   La Badinerie y a interprété la Messe de Minuit de Marc-Antoine Charpentier ainsi que le Magnificat de Bach.

Nous vous livrons ici les premières réactions de notre public.  Vous pouvez aussi lire ce que la presse en a dit

__________________________________________________________________

MERCI pour cette belle soirée.

Bravo !!!!
Et Bravo à FLORIAN NOACK. Une révélation ! Et un plaisir ! A déguster… Superbe ! Il ira loin, le bonhomme !!!
Bravo aussi à La Badinerie, qui est devenue une bien belle grande chorale…! Je me souviens des débuts, quel chemin parcouru ! (…)

(un ami de longue date)

_________________________________________________________

« Je suis sorti du concert hier, les yeux tout pétillants. La Badinerie a été éblouissante de justesse, de sûreté, d’émotion partagée.
Et que dire de Florian Noack. Si l’on peut jouer Mozart comme ça à son age, rien ne peut lui résister. »
(un ancien choriste)
_____________________________________________________________________
Cher(e)s Badineurs,
 
Vous étiez formidables hier soir. Votre entrée était impressionnante, votre présence éclatante, et votre prestation éblouissante. J’ai entendu des « bravi » autour de moi, et je suis rentré vivifié par vos sonorités. MERCI, c’était BEAU !!!   ……….. et que dire de Florian. Ses capacités d’interprète et de virtuose sont époustouflantes.
 
Encore merci à vous tous.
 
(un ancien choriste)
______________________________________________________________________

Sur le site Arts et lettres – Publié par Deashelle le 19 décembre 2012 à 22:30

Mysterium 2012 : deux concerts exceptionnels MusikAnima (Bruxelles-Nivelles)

Une affiche de rêve réunissait hier soir au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles de jeunes talents exceptionnels autour d’un joyeux mage de la musique : Daniel Lipnik, un esprit engagé, créatif, optimiste et bourré d’inventivité et de chaleur humaine.  C’et l’animus de MusikAnima. Le concert, nommé Mysterium, présentait un triptyque de musique de rêve et d’exultation produite par des compositeurs célèbres : Charpentier, Mozart et Bach.

La messe de Minuit pour Noël de Marc-Antoine Charpentier commence par un léger carillon angélique et se poursuit dans le feu de  l’allégresse des jeunes solistes qui se saisissent de phrases latines avec dévotion et vitalité.  Comme à l’église, la première phrase de chaque chant semble être psalmodiée  pour ensuite  exploser en mille éclats de voix, toutes animées de puissance  et de la  richesse de l’espoir.  Le chœur s’impose, profond et chatoyant. « Homo factus est » est infiniment mystérieux. Les hommes chantent avec émotion  la passion du Christ puis la résurrection triomphale. Les femmes interprètent l’ascension céleste. Le spectateur retient son souffle devant tant de beauté et de joie sincère. Le chef d’orchestre danse presque sur son podium, il quitte le sol, Amen! Les artistes lui répondent avec allant et bienveillance. Bien des  spectateurs ne pourront pas se retenir d’applaudir le Sanctus qui se conclut par une page instrumentale vibrante de confiance. L’Agnus, très scandé par les tambours,  rappelle les musiques au charme naïf de nos campagnes et la foi absolue du berger. La scène  des Beaux-Arts est presque trop petite pour accueillir ce somptueux ensemble de la Badinerie et les artistes et musiciens  de Music for Pleasure dirigés par Daniel Lipnik en personne. …Il faudrait les appeler Dream  Music for Pleasure car un rêve de beauté  musicale a surgi  ce soir dans la salle Henry le Bœuf et a séduit le public de façon inconditionnelle. (…)

Le concert n’a pas fini de nous captiver. Entre en scène le tout jeune espoir belge Florian NOACK (22 ans) qui va exécuter une interprétation fastueuse du Concerto n° 21 de Mozart avec un lyrisme et une maîtrise étonnants. (…) Ce concerto a l’allure d’un joyau qui brille de mille éclats. Le jeune virtuose offre candidement deux transcriptions de musique romantique en  bis passionnés, for love and pleasure. (…)

C’est pourquoi ce concert se termine par l’éblouissant Magnificat de Bach. Dernière explosion de la soirée pour la joie humaine, le bonheur mystique et la gratitude. « Freut euch und jubiliert » : c’est dit en langue du peuple. Les Béatitudes rassurent les humbles et les petits et le Gloria final est de toute beauté, une vague de fond, « sicut erat in principio ». Beauté ou Amour ? Ou les deux… Ce qui sauvera le monde.

___________________________________________________________________________

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *